Ferro-Lyon

Métros, trams, trains, funiculaires lyonnais…

  1. Page d'accueil
  2. Actualités

40 ans de métro

Publié le 01-05-2018 à 21h58

Le métro de Lyon a 40 ans. Inauguré le 28 avril 1978 par le Président de la République Valéry Giscard d’Estaing, il a été ouvert au public le 2 mai suivant. Entre 1957, à la fermeture de la dernière ligne de tramway et la mise en service du métro, la ville a vécu à la préhistoire des transports en commun avec un réseau de bus surchargés. Les seuls axes lourds de l’époque étaient les 4 funiculaires (Saint-Just, Fourvière, Rue Terme, Coix-Paquet). Soit un équipement indigne d’une grande agglomération et surtout totalement inapte à répondre à la demande croissante malgré la modernisation de trois des funiculaires… et la fermeture du quatrième.

Pour améliorer cette situation catastrophique, alors que la circulation automobile devient chaque jour plus infernale en ville, le syndicat des TCRL par des décisions successives, échelonnées entre 1964 et 1974, opte pour la construction de 3 lignes de métro, interconnectées dont l’une, la ligne C, réutilise en la prolongeant vers l’hôtel de ville de Lyon, l’infrastructure du funiculaire de Croix-Paquet. C’est ainsi que le 2 mai 1978, le réseau exploité par la société TCL change en profondeur et commence à gagner à nouveau en efficacité. Le réseau de bus est restructuré. Entre Perrache et Cusset dont les bus articulés affublés par les utilisateurs du sobriquet explicite quant à leur confort de « bétaillères » de la ligne 7 sont envoyés à la ferraille. Ils sont remplacés par un métro spacieux et moderne. Le centre directeur de la Part-Dieu, en plein développement, est lui aussi enfin desservi par une ligne de transport collectif à la hauteur de ses besoins. En outre, la ligne à crémaillère rapproche plus efficacement la Croix-Rousse du reste de la ville.

Schéma du réseau de métro de l’agglomération de Lyon à partir du 2 mai 1978

Schéma du réseau de métro de l’agglomération de Lyon à partir du 2 mai 1978.

Ce nouveau réseau connaît dès la première année un succès fort, avec 23 millions de passagers en 8 mois d’exploitation. Les années suivantes, la montée en charge se poursuit d’année en année. La fréquentation annuelle du métro est de 55 millions de passagers annuels en 1981, dépasse les 160 millions en 2006 et atteint les 196 millions en 2016.

Pour fêter cet anniversaire, le SyTRAL propose une exposition de photos de la construction du réseau des années 1970 à aujourd’hui sur le site Rétro TCL. En outre, une rame de MPL75 a été pelliculée en l’honneur de cet événement. De plus, un jeu permettant de gagner 40 abonnements d’une durée d’un an sur le réseau TCL se déroule du 2 mai au 10 juin 2018. Un ticket événementiel sera aussi disponible dans les distributeurs automatique et aux guichets des agences du réseau durant le mois de mai. Enfin, il n’est pas exclu que d’autres opérations marquent cet événement.

Visuel du ticket événementiel (doc. Sytral)

Visuel du ticket événementiel des 40 ans du métro. Le verso est identique à celui des tickets courants (doc. Sytral).

L’avenir du métro est passe par de nouveaux investissement. Certes la situation est moins exaltante que dans les années 1970 et 80, pendant lesquelles il s’agissait de construire le réseau. On est aujourd’hui dans une période de maturité où il faut gérer l’augmentation régulière du trafic et renouveler certains équipements qui ont atteint leur limite d’usure. Outre le prolongement de la ligne B vers les hôpitaux Sud ainsi que son automatisation dans les années qui viennent, c’est l’achat de nouvelles rames pour augmenter la capacité globale de transport qui sera l’opération la plus marquante des années à venir. Il commence à être question de la construction d’une cinquième ligne vers l’ouest de l’agglomération. Toutefois, compte-tenu de son coût, sa mise en service n’est pas vraiment envisageable avant 2030.