Ferro-Lyon

Métros, trams, trains, funiculaires lyonnais…

  1. Page d'accueil
  2. Actualités
  3. Archives actualités 2008

ATHALY, nouvelles de fin d’année

Publié le 23-12-2008 à 17h34

Ça bouge pour les vieux tramways stockés à Oullins, comme je l’avais dit dans la brève précédente. Tout d’abord, la motrice de Valenciennes et ses deux remorques sont parties vers l’AMITRAM et y sont arrivées vers le 20 novembre. Ces véhicules sont désormais en sécurité au dépôt Lavoisier de l’AMITRAM.

Concernant les autres véhicules, voici le point de la situation :

  • La motrice 439 de l’OTL est stocké quelque part dans l’Est lyonnais (par sécurité, pour la préservation du matériel, pas plus de précisions ne seront données, mais sachez que le site est surveillé 24h/24. À ce jour les véhicules ne sont pas dans un bâtiment couvert, aussi seront-ils seront rapidement bâchés pour les protéger des intempéries.) avec la motrice à crémaillère 1103.
  • La motrices bâloise n°106 et la remorque du même réseau ont quitté Oullins le 22 décembre, ainsi que la motrice n°9 de Fribourg, les premières en direction de l’Allemagne sous la houlette du TramClub Basel, la dernière de la Suisse chez le Club du Tramway de Fribourg.
  • La motrice 41 et la remorque 114 de Neufchâtel sont avec les motrices de l’OTL. N’intéressant pas les amis neuchâtelois du tramway, ATHALY a décidé de les conserver.
  • Le sort de la motrice lilloise ELRT n°525 est en revanche beaucoup plus critique. De par sa conception, elle nécessite des moyens de levage spécifiques et coûteux pour être transportée. À ce jour, les finances de l’association ne permettent absolument pas cette dépense. De plus, il semble que sur le plan électrique, sa réparation soit inenvisageable (ou tout au moins totalement inabordable financièrement pour l’association) du fait de la destruction par les pillards d’organes essentiels. Bref, les coûts à prévoir sur ce véhicule, même pour le transporter le condamnent, à moins qu’un ou plusieurs généreux mécènes ne se présentent très rapidement…

L’état de tous ces véhicules est très dégradé, mais pas totalement catastrophique. (le pire a été évité : l’incendie) La partie électrique est très sévèrement endommagée par les pillages (controller détruits, câbles arrachés, résistances de démarrage volées…) et sera difficile reconstruire. Cependant, les moteurs semblent avoir été épargnés. La plupart des vitres sont brisées, et la remorque neuchâteloise s’est vue dépouillée de sa carrosserie en tôles d’aluminium. Les caisses sont tagguées, mais ils s’agit d’un moindre mal. Les châssis et les caisses sont en revanche dans un état de structure relativement correct du fait de leur préservation à l’abri de la pluie. Aussi, une remise en état de présentation est envisageable à relativement court terme.

C’est d’ailleurs ce à quoi ATHALY va s’atteler maintenant (printemps-été 2009) pour le matériel qu’elle conserve, avec un traitement prioritaire de la motrice 439. Cette restauration se limitera d’abord à une remise en état de présentation extérieur et intérieur (peinture, remplacement des vitrages détruits…). Ceci sans négliger une mise à couvert dans un bâtiment le plus rapidement possible des véhicules. Cette première phase permettra d’une part d’ouvrir des perspectives positives pour le matériel et l’association et d’autre part de montrer sa détermination pour la création d’une ligne de tramway touristique dans l’agglomération ou en-dehors, selon l’intérêt que montreront les décideurs.

Dans ce contexte, toutes les bonnes volontés bénévoles et financières sont les bienvenues. L’adhésion à ATHALY pour 2009 est de 50 €. L’adhésion se fait soit par correspondance (à l’adresse qui suit. Les chèques sont libellés à l’ordre de ATHALY.), soit directement à la réunion mensuelle qui a lieu les 2e mercredi de chaque mois à 18h dans la salle du rez-de-chaussée à l’adresse suivante:

Association ATHALY
Maison des associations
7 rue du Major Martin
69001 Lyon

Ces informations étaient exactes en date du 10 décembre. Pour la sécurité du matériel bâlois et fribourgeois, ferro-lyon a choisi de ne les diffuser qu’après leur départ programmé du site d’Oullins, afin de ne pas donner d’idées aux pillard et autres vandales.