Ferro-Lyon

Métros, trams, trains, funiculaires lyonnais…

  1. Page d'accueil
  2. Actualités
  3. Archives actualités 2012

Balade languedocienne

Publié le 05-05-2012 à 19h07

Le mois de mai est toujours favorable à quelques balades ferroviaires, en évitant les périodes surchargées et autres désagréments d’été, surtout dans le secteur languedocien.

Parmi les désagréments cités, il y a la fermeture programmée cet été des lignes des Causses et des Cévennes par RFF pour entretien. Leur visite ferroviaire ne pouvait s’envisager cette année qu’en dehors de cette période. (On se demande d’ailleurs pourquoi ces lignes sont fermées durant leur période de potentiel touristique maximum… Peut-être pour que l’outillage nécessaire soit disponible en hiver pour rénover les voies du réseau francilien et provoquer là aussi des interruptions durant leur période de charge maximum…)

Ainsi, entre Causses et Cévennes, la période s’est avérée idéale pour voyager vers Mende, Béziers, et Montpellier.

Vue générale de la gare de Mende

Vue générale de la gare de Mende, avec la vieille ville au second plan. L’X73500 vient d’arriver de La Bastide – Saint-Laurent-les-Bains. Si la vue de ce côté du site est très belle, en revanche tout le flanc de la montagne à la droite du photographe est recouvert de lotissements sans âme.

L’Aubrac à son arrivée à Béziers

L’Aubrac (enfin ce qu’il en reste) à son arrivée à Béziers… Comment dire… Il est choquant, à l’heure où tout le monde se gargarise de sobriété et d’optimisation énergétique, que la SNCF ne trouve à fournir comme matériel pour ce train, qui circule pour la plus grande partie de son trajet sur un itinéraire électrifié, que des automoteurs X73500 (ici le X73768) visiblement empruntés à la région Nord – Pas-de-Calais. Ceci, alors que les premières automotrices électriques Z7300 ont été radiées (dont l’usage nécessiterait certes une rupture de charge à Neussargues), que les voitures Corail partent à la ferraille en nombre et qu’un stock impressionnant de locomotives de tous types (électrique et diesel) pourri à Sotteville, ou est loué à des concurrents. Il semble donc invraisemblable que l’activité Intercités™ de la SNCF ne trouve pas un matériel plus approprié (quitte à le remettre en état)… À moins qu’une nouvelle fois l’objectif soit un pourrissement délibéré, comme en a déjà connu à de nombreuses reprises depuis plus de 30 ans cette relation.

Automotrice Z27757 à destination d’Avignon entrant en gare de Béziers

L’automotrice Z27757 à destination d’Avignon entre en gare de Béziers. La région Languedoc-Roussillon a su, elle, s’équiper d’un matériel adapté à ses dessertes. On remarquera, la prégnance de l’ambiance la compagnie du Midi : La verrière de la gare, la grue hydraulique, la caténaire sur ses poteaux en treillis (certes la ligne de contact a été uniformisée) et au fond, la halle-marchandises.

Place de la gare de Montpellier

Place de la gare de Montpellier, la rame 2043 de la ligne 4 du tramway franchit la bifurcation. Cet endroit est un nœud très impressionnant du réseau de tramway, avec les rames des quatre lignes actuellement en service qui se succèdent et s’entrecroisent dans tous les sens, quasiment sans interruption, dans un ballet effréné, au milieu des piétons, cyclistes et autres scooters… Pour ceux qui s’imaginent qu’il n’est pas possible de faire passer deux lignes de tramway sur le boulevard Vivier-Merle, devant la gare de la Part-Dieu à Lyon, une visite de cet endroit est indispensable… Mais risque de provoquer un choc (Pour info, la gare, juste derrière le photographe, est équipée d’un défibrillateur…)

Tramway de Montpellier, ligne 2, vue depuis la station Victoire 2

Tramway de Montpellier, ligne 2, vue depuis la station Victoire 2 sur ce tronçon à voie unique avec évitements (d’où la signalisation particulière), la voie où circule le tramway en direction de Jacou est en fait celle de la ligne de Paulhan à Montpellier, propriété de RFF. La voie sur la gauche est une voie d’évitement utilisable uniquement par les tramways. Notons que le passage d’un train à cet endroit est totalement hypothétique à ce jour, car les tronçons de la ligne de chemin de fer de part et d’autre du tronc commun sont à l’abandon. De plus la circulation d’un train nécessiterait le démontage du nez de quai de la station (il a d’ailleurs visiblement été conçu pour), qui engage le gabarit ferroviaire.

Tramway de Montpellier, ligne 2, passage à niveau de la route de Sète

Tramway de Montpellier, ligne 2… Ceci n’est pas une intersection barrièrée. C’est le passage à niveau entre la ligne de Paulhan à Montpellier (et accessoirement, comme vous pouvez le voir de la ligne 2 du tramway, puisque les voies sont communes.) et la route de Sète à proximité de la station Victoire 2. La rame 2060 se dirige vers Saint-Jean-de-Védas.

Montpellier, place de la Comédie

Montpellier, place de la Comédie, émergence de la tranchée couverte en direction du Corum. Une rame Citadis 401 de la ligne 1 à destination d’Odysseum croise une rame Citadis 402 de la ligne 2 à destination de Sablassou. Au-dessus des tramways passe la passerelle piétonne très fréquentée vers le centre commercial Polygone.

Montpellier, cours Gambetta

Montpellier, cours Gambetta, rame Citadis 402 n°2033 de la ligne 4 sortant de la rue André Michel pour arriver à son terminus de Saint-Denis. Dans ce secteur aux rues étroites, le passage en voie unique avec des itinéraires séparés pour les deux sens de circulation a été privilégié. La rue André-Michel est empruntée par les lignes 3 et 4. À sa sortie, la ligne 4 tourne à gauche pour rejoindre son terminus, alors que la ligne 3 tourne à droite en direction de Juvignac. Au premier plan, on distingue un rail de la voie venant de Juvignac, en direction de Lattes et Pérols.

Montpellier, carrefour entre les rues Jules Ferry et du Pont de Lattes

Montpellier, carrefour entre les rues Jules Ferry et du Pont de Lattes, à proximité immédiate de la gare SNCF, et juste au dessus des voies ferrées. Sur ce carrefour fréquenté par les lignes 1 et 3 passe la rame Citadis 402 n°2093 de la ligne 3 en direction de Juvignac, qui s’apprête à traverser la place de la gare.

Toutes les images de cette page ont été réalisées les 2 et 3 mai 2012.