Ferro-Lyon

Métros, trams, trains, funiculaires lyonnais…

  1. Page d'accueil
  2. Métro C
  3. Histoire de la ligne C

La ficelle de Croix-Paquet

Publié le 27-02-2007 à 19h03. (mis à jour le 16-03-2016 à 22h33.)

Inauguré le 12 avril 1891 et ouvert au public le lendemain, c’est la troisième ficelle à partir à l’assaut des pentes des collines lyonnaises. C’est la deuxième (et dernière) à grimper à la Croix-Rousse. Construite par la Compagnie du chemin de fer de Lyon-Croix-Paquet à Lyon-Croix-Rousse, elle a été rachetée par l’OTL et intégrée dans son réseau en 1914. Fermée le 2 juillet 1972, elle est transformée en ligne à crémaillère et prolongée à chaque extrémité. Elle constitue maintenant une partie des emprises de la ligne C du métro.


Sommaire de l’article

  1. Histoire et construction
  2. La ligne
  3. L’infrastructure
  4. Le matériel roulant
  5. Les vestiges

Histoire et construction

Depuis 1862, le funiculaire entre la rue Terme et la Croix-Rousse permet de relier le bas de la presqu’île au plateau. Toutefois, l’accès à ce funiculaire nécessite de monter la rue Terme en forte pente. En 1882, l’idée d’un nouveau funiculaire reliant le bas de la Presqu’île côté Rhône au plateau de la Croix-Rousse se fait jour. Partant de plus bas, il serait plus facile d’accès pour le transport des marchandises. Naturellement, la Compagnie du chemin de fer de Lyon à la Croix-Rousse concessionnaire du funiculaire existant ne voit pas d’un bon œil cette idée et s’active discrètement en coulisse pour en retarder l’exécution. Toutefois, les élus lyonnais décident de faire aboutir le dossier. Six projets sont finalement présentés au conseil municipal de Lyon respectivement par :

  • Monsieur Servoz ;
  • Monsieur Oisan-Chapon ;
  • Monsieur Grivet ;
  • Monsieur Lombard-Gerin ;
  • Monsieur Peillon ;
  • La Compagnie du chemin de fer de Lyon à la Croix-Rousse.

La demande de concession retenue par le conseil municipal de Lyon lors de sa séance du 12 août 1885 est celle de l’ingénieur Augustin Oisan-Chapon appuyé par l’investisseur Antonin Poy. Le but est d’établir un funiculaire d’environ 400 mètres de longueur au Sud-Est des pentes entre le jardin public du Grand-Séminaire et le boulevard de la Croix-Rousse à proximité de son carrefour avec la rue Vaucanson. La concession est formellement approuvée lors de la séance du conseil municipal du 27 octobre 1885. Le 24 décembre 1887 une loi déclare la ligne d’utilité publique et approuve sa concession jusqu’au 24 décembre 1962. Le projet définitif est approuvé par arrêté préfectoral le 18 février 1889. Le chantier débute la même année par le percement du tunnel. Au cours des travaux d’excavation fut trouvé un rocher en quartzite triasique métamorphique, transporté depuis les Alpes par les glaciers pendant l’ère du Riss, désormais exposé à l’extrémité Est du boulevard de la Croix-Rousse et connu sous le nom de « Gros Caillou ». Le creusement du tunnel s’avère toutefois délicat car le terrain manque de cohérence.

Les frais de première installation de la ligne, entre le creusement du tunnel la construction des gares et l’équipement de la ligne ainsi que la fourniture du matériel roulant se sont montés à 2,3 millions de francs.

Le 3 septembre 1890 Antonin Poy et ses associées créent la Compagnie du chemin de fer de Lyon-Croix-Paquet à Lyon-Croix-Rousse. Mais la Compagnie conteste des droits d’enregistrement liés au transfert de la concession jusque devant le Conseil d’État qui lui donnera tort dans un arrêté du 24 avril 1893. La substitution est finalement approuvée par un décret le 8 février 1896.

Cette ficelle concurrence dès son ouverture, le 12 avril 1891, le funiculaire de la rue Terme par son tarif attractif de 1 sou (au lieu de 2 chez le concurrent). La concurrence à la ficelle de la rue Terme se prolonge aussi sur la ligne de Lyon Croix-Rousse à Sathonay concédée à la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et la Méditerranée, car dès 1897 est mis en service une ligne de tramway en direction de Caluire, puis ultérieurement des Marronniers, dont le terminus est à côté de la gare haute de cette nouvelle ficelle. La compagnie concessionnaire ce nouveau tram est officiellement indépendante de l’exploitation de la ficelle, mais les actionnaires des deux sociétés sont en grande partie les mêmes.

Toutefois, au début du XXe siècle, il est évident que la ficelle et le tramway la prolongeant ne peuvent que végéter s’ils ne sont pas inclus dans un ensemble plus vaste. Ceci d’autant que la concurrence s’accroît avec dès 1905 la mise en service par la Compagnie des Omnibus et Tramways de Lyon (OTL) de la ligne 13 du tramway qui relie directement Perrache au boulevard de la Croix-Rousse. À cette même période, l’OTL devient officiellement concessionnaire du funiculaire de la rue Terme. Le funiculaire de Croix-Paquet et le tramway des Marronniers constituent donc une enclave sur le territoire de la puissante compagnie. L’occasion de rachat se présente en 1912. Le gouverneur militaire exprime alors le souhait qu’une liaison directe soit possible entre Perrache et le camp militaire de Sathonay. Cela nécessite la mise à voie normale de la ligne du tramway entre la Croix-Rousse et les Marronniers. L’OTL considère que cette transformation ne peut que passer par un rachat de la Compagnie du chemin de fer de Lyon-Croix-Paquet à Lyon-Croix-Rousse. Les deux compagnies entrent en pourparlers et successivement les 6 et 10 avril 1912 font part au préfet de leur accord. Au terme de la procédure administrative, le 20 juin 1914 un décret approuve le rachat par l’OTL de la ficelle, de la ligne de tramway des Marronniers ainsi que sa mise à voie normale, et l’intégration de l’ensemble dans le réseau de la compagnie. Ce même décret prolonge la concession jusqu’au 13 avril 1981.

Rame de la ficelle quittant la gare des Croix-Paquet en 1963 (CC-by-sa, jhm0284)

Rame de la ficelle quittant la gare de Croix-Paquet en 1963. Photo : CC-by-sajhm0284.

Comme le reste du réseau de l’OTL, la ligne devient propriété du Syndicat des Transports en Commun de la Région Lyonnaise au 1er janvier 1941. Ce dernier délègue alors l’exploitation par affermage à l’OTL.

Après plus de 80 ans de service, alors que la machinerie et l’infrastructure sont à bout de souffle, le Syndicat des Transports en Commun de la Région Lyonnaise choisi d’arrêter la ficelle le 2 juillet 1972 et de la transformer en ligne de chemin de fer à crémaillère. L’idée étant de la prolonger ultérieurement à ses deux extrémités.

Références juridiques :
« N° 18864 – Loi qui déclare d’utilité publique l’établissement d’un Chemin de fer d’intérêt local à traction funiculaire entre la place Croix-Paquet et le boulevard de la Croix-Rousse à Lyon : 24 décembre 1887 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 35, n° 1145, 1887, p. 1473 – 1483.
« N° 31125 – Décret qui approuve la substitution à M. Antonin Poy de la Compagnie du chemin de fer de Lyon-Croix-Paquet à Lyon-Croix-Rousse, comme concessionnaire du chemin de fer d’intérêt local de ce nom : 8 février 1896 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 52, n° 1780, 1896, p. 1382.
« Décret approuvant la substitution de la compagnie des omnibus et tramways de Lyon à la compagnie du tramway de Lyon-Croix-Rousse à Caluire et à la compagnie du chemin de fer de Lyon-Croix-Paquet à Lyon-Croix-Rousse : 20 juin 1914 », Journal officiel de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, n° 171, 25 juin 1914, p. 5498 – 5500.

 

Pages de l’article
  1. Histoire et construction
  2. La ligne
  3. L’infrastructure
  4. Le matériel roulant
  5. Les vestiges