Ferro-Lyon

Métros, trams, trains, funiculaires lyonnais…

  1. Page d'accueil
  2. Funiculaires

La ficelle de Fourvière

Publié le 11-03-2007 à 17h21. (mis à jour le 03-03-2016 à 18h45.)

Deuxième funiculaire à grimper sur la colline de Fourvière, c’est, de toutes les installations de ce type à Lyon, celle qui est en plus forte pente. Son rôle principal est moins de desservir une population importante, que de relier la basilique à la ville qui est à ses pieds.

Funiculaire 2

Vieux Lyon à Fourvière

Date d’inauguration
Date d’ouverture6 septembre 1900
Longueur427 mètres
Temps de trajet de terminus à terminus2 minutes
Fréquence en heure de pointe5 minutes
Fréquence en heure creuse10 minutes
Commune desservieLyon (5e)
Nombre de stations2
Matériel roulantCabines Von-Roll et Gangloff
PropriétaireSyTRAL
ExploitantKéolis-Lyon (TCL)
 

Sommaire de l’article

  1. Historique
  2. La ligne
  3. Les infrastructures
  4. Le matériel roulant
  5. Le funiculaire de Fourvière de station en station

Historique

La ligne de funiculaire desservant Fourvière a été initialement conçue comme devant être une antenne depuis la station des Minimes du funiculaire de Saint-Jean à Saint-Just. Ainsi, en 1891 la Compagnie du chemin de fer de Fourvière et Ouest-Lyonnais demande au département du Rhône la concession d’un embranchement de la gare des Minimes à Fourvière. Cet embranchement est concédé à la Compagnie par une convention qu’elle a signée le 27 octobre 1892 avec le conseil général du Rhône représenté par le Préfet. Cette ligne est déclarée d’utilité publique et la convention est approuvée par une loi le 8 avril 1893. Finalement le projet est modifié pour que la ligne soit amorcée à Saint-Jean permettant de réduire la durée du trajet, son coût et d’éviter une correspondance. Ce changement est approuvé par une convention signée le 2 janvier 1895 entre le conseil général et la compagnie. Le tracé ainsi défini est déclaré d’utilité publique par une loi le 22 juin 1896. L’échéance de la concession de cette ligne, toujours considérée juridiquement comme un embranchement de celle entre Saint-Jean et Saint-Just, est fixée à la même date que celle de la ligne principale, soit le 31 décembre 1973. La ligne est ouverte le 6 septembre 1900.

La compagnie du FOL est finalement rachetée par la société Omnibus et Tramways de Lyon à compter du 1er janvier 1911. Ce rachat est approuvé par décret le 24 décembre 1910, et donne lieu à une prorogation de la concession de la ligne dont la date d’échéance est reportée au 21 août 1984 par une loi le 23 décembre 1910.

Funiculaire sur le pont de la rue Tramassac (Doc. SEMALY)

Funiculaire sur le pont de la rue Tramassac (Doc. SEMALY)

Le 10 novembre 1932, une des cabine part en dérive depuis la gare haute alors que des opérations d’entretien sont en cours. Il n’y aura pas de victimes, bien que deux ouvriers se soient trouvés à bord et que le véhicule ait percuté de plein fouet un immeuble.

En 1970, la ficelle est entièrement modernisée par la société Von-Roll pendant un arrêt d’exploitation de huit mois entre le 24 mai et le 11 décembre. À cette occasion, la voie, les cabines et la machinerie sont changées. Elle est aussi légèrement raccourcie en gare Saint-Jean, avec une longueur totale de 427 mètres au lieu de 431.

Enfin, entre le 28 avril 1985 et 31 janvier 1989, concomitamment à la construction de la ligne D du métro, la station terminus Saint-Jean rebaptisée Vieux Lyon – Cathédrale Saint-Jean ainsi que le pont métallique sur la rue Tramassac sont entièrement reconstruits, ce qui occasionne des interruptions de service, mais surtout un report temporaire du terminus de Saint-Jean à l’amont de la rue Tramassac, sur un quai provisoire en pleine rampe. À l’occasion de ces travaux, en 1986, le fonctionnement de l’installation est automatisé par la société Télémécanique.

Depuis sa reconstruction en 1970, l’installation a subi deux grandes inspection, en 1998 et en 2009.

Le 29 août 2011, cette ligne qui n’avait jamais été numérotée a reçu l’indice F 2, signifiant funiculaire n°2.

Références juridiques :
« N° 26634 – Loi qui déclare d’utilité publique l’établissement, à Lyon, entre la gare des Minimes et la place de Fourvières, d’un Embranchement du Chemin de fer funiculaire d’intérêt local de Lyon à Saint-Just : 8 avril 1893 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 46, n° 1559, 1893, p. 1333 – 1337.
« N° 31505 – Loi qui déclare d’utilité publique l’Établissement à Lyon, entre la gare de Saint-Jean et la place de Fourvière, d’un Embranchement du chemin de fer funiculaire d’intérêt local de Lyon au faubourg Saint-Just : 22 juin 1896 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 53, n° 1800, 1896, p. 445 – 450.
« Loi prolongeant la durée de la concession des chemins de fer d’intérêt local de Lyon au faubourg de Saint-Just, de Lyon-Saint-Jean à Fourvière et de Lyon-Saint-Paul à Fourvière et Loyasse : 23 décembre 1910 », Journal officiel de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, n° 350, 24 décembre 1910, p. 10446.
« Décret substituant la Compagnie des omnibus et tramways de Lyon à la Compagnie du chemin de fer de Fourvière et Ouest Lyonnais et à la Compagnie du chemin de fer de Lyon-Saint-Paul à Fourvière et Loyasse comme concessionnaire et rétrocessionnaire des chemins de fer d’intérêt local et des tramways exploités par ces compagnies : 24 décembre 1910 », Journal officiel de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, n° 352, 26 et 27 décembre 1910, p. 10550.

 

Pages de l’article
  1. Historique
  2. La ligne
  3. Les infrastructures
  4. Le matériel roulant
  5. Le funiculaire de Fourvière de station en station